Designers

Philippe DANEY

biographie /biography

Architecte DPLG.

Diplôme passé en 1983, avec Bruno Valode et Philippe Flagel, sur la réhabilitation du quartier St Leu à Amiens.

 

Il a fondé une maison d’édition (création, fabrication, distribution de meubles, luminaires et objets contemporains) du nom de TEBONG en 1986, avec Pascal Bauer.

Cette maison d’édition, qui a existé de 1986 à 1995, de renom international, a exposé dans de grands musées à Paris (Beaubourg) Montréal, New York Oslo, Tel Aviv, Hiroshima, Montréal, Tokyo, Los Angelès, Athène, Barcelone, Cologne, etc…

 

D’abord implanté à Meudon, dans un espace, la zone, qu’il a fédéré à Meudon.

 

[…] Réunis tous ensemble comme aux grandes heures de la Ruche, du Bateau Lavoir ou, plus près de nous, de l’Usine Ephémère ou de la Base. […] ce qui est spécial, c’est que ces gens sont tous très différents et cela crée une atmosphère étrange […] Vingt fois nous sommes venus pour écouter, fixer les images, pour comprendre. Pour apprendre. Le chemin de la cire au bronze, du dessin à la chaise, de l’idée au prototype, de la commande à la réalisation.

Joëlle Balaresque, Muséart février 90.

 

Cette l’unité de production a ensuite était implantée en Bretagne et a compté jusqu’à 25 salariés.

Qu’une unité de production soit montée par un architecte DPLG et un ancien étudiant des Beaux Arts est en soi une curiosité.

Que cette unité soit une réussite à en devenir l’une des références française en fait une expérience unique.

D’autant que Philippe Daney et Pascal Bauer ont ouvert leur structure, à un ensemble de créateurs auquel ils croyaient : Les groupes Nemo, Naço, Totem, Christian Ghion et Patrick Nadaud, Jean Louis Godivier, Jean Michel Wilmotte. Tom Dixon et Marco De Gueltz pour les montres développées avec Sylvie Gilbert.

[…] Tebong a imprimé son empreinte dans le crépitant épisode de l’histoire du mobilier des années 80/90.

[…] Bauer et Daney marquent leur période car ils ne se contentent pas d’être gestionnaires d’un outil de production. Artistes, ils ont choisi la finalité de leur œuvre : le matériel au service de l’individu.

Leurs objets sont utilisés pour transmettre une culture, l’histoire d’une époque.

[…] Ils appartiennent à une génération de précurseurs. Ils ne rendront pas la société postindustrielle meilleure ou pire. Précurseurs, ils nous indiquent avec leurs moyens qu’elle arrive, qu’elle est là. Elle sera ce que les politiques diront aux gestionnaires et aux techniciens d’en faire. L’artiste ne fait que baliser le terrain.

Brice d’Antras – Les nouveaux ornementalistes – édition Eric. Koehler / livret Bauer et Daney au VIA.

 

Son porte parapluie est dans les collections permanentes du Guggenheim Muséum de New York.

[…] La plupart des projets ont-ils la qualité d’être apparemment simples. D’une certaine façon, ils ne sont tout à fait finis que lorsqu’ils reçoivent ce à quoi ils sont destinés. Et c’est là leur mystère. Le porte-parapluie ne se révèle tel que lorsqu’n y pose un parapluie, qui se maintient droit entre les tiges de métal sans qu’il soit nécessaire de se pencher pour le maintenir en équilibre sur sa pointe.

Sophie Anargiros – Catalogue VIA 1995.

  

La société Tebong a été vendue en 1995 à un groupe italien, et existe toujours sous le nom de Tebong Italia.

Le VIA a monté une exposition rétrospective dans sa galerie en Mai 1995. Cette exposition a était doublée d’une carte blanche. L’occasion pour Philippe Daney de développer une nouvelle réflexion sur la bestialité de la vie quotidienne (triptyque « petite synthèse de la vie quotidienne »), de mixer comme à son habitude textes et musique contemporaine à sa présentation.

 

Le design a été l’occasion de travailler principalement sur la forme du luminaire.

La scénographie, que Philippe Daney aborde à partir de 1995, celle d’aboutir ses recherches sur la lumière, ses effets sur une scène : la lumière architecture l’espace, point de vue proche de celui du photographe.

« Pour moi, mettre en lumière c’est faire de l’ombre ».

Cette démarche, fortement présente dans le spectacle Le Voyage d’Urien, présenté par le TNB (Théatre National de Bretagne) à la Parcheminerie, suite à une résidence de 2 mois, est particulièrement évidente dans la coproduction Beaubourg/Ircam/La Villette présenté tous le mois de mai 2002 à La Villette suite à une résidence de 3 mois avec Roland Auzet, percussionniste.

Philippe Daney conjugue ce travail personnel au travers de nombreuses scénographies muséales, de scénographies d’expositions pour le VIA à Paris, Milan, Barcelone.

 

Il n’en oublie pas pour autant la création d’objets usuels. La corbeille de la ville de Rennes, demande de Philippe Hardy, est aujourd’hui encore produite et implantée dans la ville.

Les luminaires du campus de KerLann (180 hectares) sont toujours fabriqués par une petite entreprise locale.

 

Au-delà de son travail, Philippe Daney a une démarche militante. Refusant un certain nombre d’expositions dans des galeries d’Art :

« J’ai un point de vue très Bauhaussien sur le design : si un objet doit exister, il doit avoir du sens et être reproduit en série. Développer des séries limités vendues dans des galeries c’est donner à manger à des gens qui ont le ventre plein. »,

Refusant le poste d’enseignant section design que lui proposé Mr Sauvageot, directeur de l’école des Beaux Arts de Rennes.

 

« Si mon poste est une réflexion sur l’usage, l’expérimentation de la matière, alors oui. Si je suis l’alibi design de l’école, alors non ».

Enseignant, il l’est pourtant, d’abord aux Ateliers dans la section meuble, avec Pierre Standenmayer, Christian Ghion et Philippe Proisy,

Puis à l’école bleue : Jean Marie Lemesles lui demande d’en monter la section design. Enfin, au côté d’Hervé Perrin à l’école d’Architecture de Rennes puis à l’école Pivaut de Nantes.

 

Il a participé au montage de nombreuses associations et de nombreux syndicats professionnels, en particulier le SDI (syndicat des designers d’environnements) dont il est fondateur avec Alain Chauvel, Thibaut Desombres et Christian Ghion. Designer d’environnement est un terme maintenant passé dans le langage commun

Il fallait une définition correspondant à la drôle de population que nous représentons, à la fois designers très loin du design industriel, à la fois scénographes pas exactement architectes d’intérieurs, à la fois graphistes et créateurs de pièces uniques expérimentales. Cette transversalité maintenant très à la mode était lourde à porter. Comment expliquer simplement notre métier, comment rentrer dans une seule boîte administrative, et dans laquelle ?

 

Philippe Daney conjugue aujourd’hui plusieurs activités.

Activité de designer pour le groupe Roset (magasins de meubles Roset et Cinna) et pour un ensemble de petites entreprises  presque plus un travail de formation que de dessin de pièces. Designer  il expérimente de nouvelles voix formelles dans le cadre d’expositions spécifiques :

…Ces pièces ne sont pas de l’Art, pas du Design. Elles sont autre chose. Des expérimentations à voir. Chacune renferme le début d’une réponse. Aucune n’est un objet fermé. J’entends un objet fini, ne nécessitant plus d’intervention. 

 

Les dalles de moquettes de Philippe Daney font parties des collections du Fond National d’Art Contemporain,

 

En 2002, Il est double lauréat de l’appel spécifique VIA / Thomson pour son installation interactive « Et maintenant une minute de réclame ».

[…] Tout au contraire, comme pour contrebalancer cet excès de sophistication, Philippe Daney réactualise des techniques anciennes, notamment le système de monte / baisse. Il accompagne, de la sorte, l’usager dans sa relation naturelle à « l’objet » de haute technologie. Gérard Laizé, catalogue 2002.

 

En 2006, son projet « Les seins de Glace » confirme cette volonté de lier haute technologie et tribalité. Exposition et catalogue Habitamorphose Septembre 2006.

 

Activité d’enseignant et de conseil et direction artistiques pour des opérations nationales et européennes,

« Parce qu’il est important, nécessaire de passer aux autres ses convictions. D’écouter les leurs. De construire. Je suis plus un chef de bande exigeant qu’un enseignant, plus un révélateur qu’un directeur artistique ».

 

Activité de travail de la lumière « à la frange » comme le dit Michel Verjux avec qui il développe un ensemble de projets, dont une exposition au musée d’Art moderne de Granville (Octobre/ Décembre 2008) : les 800 mètres carrés du musée leur sont

dévolus, pour un ensemble d’installations et de pièces d’archives.

Une œuvre commune leur a été commandée par la région et le ministère de la culture (FNAC).

 

Philippe Daney et Michel Verjux travaillent également sur l’ancien site des usines Chausson de Gennevilliers, espace de mémoire, dans le cadre de la réalisation de 20 œuvres pérennes et de l’aménagement de la place de la presse Blizz.

Première présentation public septembre 2008, installation à partir de février 2010.

                                                                                                                               Dernières interventions et expositions :  

Conférences :

La lumière et l’espace, Angers, juin 2009, commande UNIFA.

Design, scénographie, lumière : Philippe Daney, Beaux Arts de Dijon, mars 2009.

La mémoire dans l’espace urbain : les usines Chausson. Avec Michel Verjux, Gennevilliers, Mai 2008.

La lumière dans la ville, Lyon, décembre 2008.

Les codes bretons, dans le cadre de Habitat Création Bretagne, 2008, Rennes.

Artisanat, Art et design, avec Gérard Laizé au VIA, Paris. Mai 2007.

Des lumières et des ombres, salon « Esprit Maison », Rennes 2007.

L’ombre et la lumière, commande du CSTB dans le cadre du salon ELEC (Paris).

 

Expositions :

Art Paris, Grand Palais, mai 2009.

La Passionata, collection de Suzette Ricciotti chez Artmanda, janvier 2009.

Slick, Paris, octobre 2008.

Musée d Art contemporain de Granville, expo rétrospective et recherches, Daney et Verjux, du 11 octobre au 31 décembre 2008.

Expo Michel Verjux et Philippe Daney à la GranvilleGallery, Octobre 2008.

Expo « design du temps », à la GranvilleGallery, novembre 2008.

Juin 2008, workshop avec la compagnie Des Prairies, et l’école d’Architecture de Rennes : intervention lumière aux Champs Libres, dans le cadre des tombées de la nuit.

 

 

Dernière parution :

Un livre monographique, édité en collaboration avec Jean Pierre Bruaire, retraçant le parcours de Philippe Daney, parution novembre 2008.

 

Made In Daney,

design, architecture, scénographie, lumière

Editions Archibooks.

 

Philippe Daney a été nommé au rang de Chevalier des Arts et des Lettres par Christine Albanel en juillet 2008.

 


Philippe Daney is a certified architect.,

Diploma passed in 1983, with Bruno and Philippe Valode Flagel, the rehabilitation of the area in Amiens St Leu.

 

He founded a publishing house (design, manufacturing, distribution of furniture, lighting and contemporary objects) named TEBONG in 1986, with Pascal Bauer.

This publishing house, which existed from 1986 to 1995, internationally renowned, has exhibited in major museums in Paris (Beaubourg) Montreal, New York, Oslo, Tel Aviv, Hiroshima, Montreal, Tokyo, Los Angeles, Athens, Barcelona , Cologne, etc. ...

 

First established in Meudon, in a space, area, he has federated in Meudon.

 

[...] Gathered together as in the heyday of the Hive, the Bateau Lavoir or, closer to home, the factory or Ephemeral Base. [...] What is special is that these people are all very different and this creates a strange atmosphere [...] Twenty times we came to listen, attach images to understand. To learn. The road to wax to bronze, from drawing to chair, from idea to prototype, from order to completion.

Joelle Balaresque, Muséart February 90.

 

This production unit was then established in Britain and had up to 25 employees.

A production unit is mounted by an architect and a former student of Fine Arts is in itself a curiosity.

That this unit is a success to become one of the references in French is a unique experience.

Especially since Philippe Daney and Pascal Bauer opened their structure, a set of creators they believed in: Groups Nemo Naço, Totem, Christian Ghion and Patrick Nadaud, Jean Louis Godivier, Jean Michel Wilmotte. Tom Dixon and Marco De Gueliz developed for watches with Sylvie Gilbert.

 

[...] Tebong printed its footprint in the sizzling episode in the history of furniture from the 80/90.

[...] Bauer and Daney mark their period because they are not content to be managers of a production tool. Artists, they chose the purpose of their work: the equipment to serve the individual.

Their objects are used to transmit a culture, the history of an era.

[...] They belong to a generation of precursors. They will not make the post-industrial society better or worse. Precursors, they tell us with their means she arrives, she is there. She will argue that policies to managers and technicians to do. The artist does that mark the field.

Brice of Antrim - New ornementalistes - Eric edition. Koehler / booklet Bauer and Daney at VIA.

 

 His umbrella stand is in the permanent collections of the Guggenheim Museum in New York.

[...] Most projects have the quality to be apparently simple. In a way, they are quite finished only when they receive what they are intended. And this is their mystery. The umbrella is revealed as lorsqu'ny poses an umbrella, which is maintained between the right metal rods without the need to consider to keep balanced on its tip.

Sophie Anargiros - VIA 1995 Catalog.

  

The company Tebong was sold in 1995 to an Italian, and still exists under the name Tebong Italia.

VIA has mounted a retrospective exhibition in his gallery in May 1995. This exhibition was lined with a white card. The opportunity for Philippe Daney develop new thinking about the brutality of everyday life (triptych "short summary of daily life"), to mix as usual texts and contemporary music in his presentation.

 

The design was the opportunity to work primarily on the shape of the fixture.

Set design, as Philippe Daney addresses from 1995, the lead research on light, its effect on a scene: light space architecture, point of view close to that of the photographer.

"For me, this is to highlight to shade."

This approach, strongly present in the show The Voyage d'Urien, presented by the TNB (Theatre National de Bretagne) to Parcheminerie, after a residence of two months, is particularly evident in the co Beaubourg / IRCAM / La Villette presented all May 2002 in La Villette after a residence of three months with Auzet Roland, percussionist.

Philippe Daney combines this personal work through many museum scenography, stage design exhibition for VIA in Paris, Milan, Barcelona.

 

He does not neglect the creation of everyday objects. Trash from the city of Rennes, by Philip Hardy is still produced and implanted in the city.

Luminaires Kerlann campus (180 hectares) are still made by a local small business.

 

Beyond his work, Philippe Daney has a militant approach. Refusing a number of exhibitions in art galleries:

"I have a very Bauhaussien perspective on design: if an object must exist, it must make sense and be reproduced in series. Develop limited series sold in galleries is to feed people who have a full stomach. "

Refusing the post of teacher section design that he proposed Mr. Sauvageot, director of the Ecole des Beaux Arts de Rennes.

 

 "If my position is a reflection on the use, testing of the material, then yes. If I am the alibi of design school, so no. "

Teacher, he is yet, first in the workshops in the furniture section, with Pierre Standenmayer, Christian Ghion and Philippe Proisy,

Then the blue School: Jean Marie Lemesles tells him to get the design section. Finally, alongside Herve Perrin at the School of Architecture at Rennes and Nantes Pivaut school.

 

He participated in the assembly of numerous associations and many trade unions, especially the SDI (Union of designers of environments) which he founded with Alain Chauvel, Thibaut Desombres and Christian Ghion. Environmental designer is a term now passed into common language

We had a definition corresponding to the odd people we represent, both designers far from industrial design, both designers not exactly interior designers, both graphic designers and creators of unique experimental. This cross now very fashionable was heavy. Simply explain how our business, how to get in one box administrative, and where?

 

Philippe Daney today combines several activities.

Activity for the group Roset designer (furniture stores Roset and Cinna) and a set of small businesses almost a work of training that drawing room. He experiments with new designer formal voting through special exhibitions:

These ... are not parts of Art, Design no. They are something else. Experiments to do. Each contains the beginning of a response. None is a closed object. I hear a finished article, which require no further intervention.

 

The carpet tiles are part of Philippe Daney collections of the National Fund of Contemporary Art,

 

In 2002, it is double winner of the specific call VIA / Thomson for his interactive installation "And now a minute of calling."

[...] On the contrary, as to counterbalance the excess of sophistication, Philippe Daney refreshes old techniques, including the system up / down. It goes, in this way, the user in his natural relationship to the "object" high tech. Gerard Laizé, 2002 catalog.

 

In 2006, his project "The breasts of Ice" confirms this desire to link high-tech and tribalité. Exhibition and catalog Habitamorphose September 2006.

 

Providing teaching and artistic advisory and management operations for national and European

"Because it is important, necessary to move to other beliefs. To listen to theirs. Building. I'm a gang leader demanding that a teacher, a more revealing an artistic director. "

 

 Work activity of the light "on the fringe" as Michel Verjux with whom he develops a set of projects, including an exhibition at the Museum of Modern Art in Granville (October / December 2008): 800 square meters of their museum are

vested, for a range of facilities and archival documents.

A common work was commissioned by their region and the Ministry of Culture (FNAC).

 

Michel Verjux and Philippe Daney also working on the former factory site Chausson Gennevilliers, memory space, as part of the construction of 20 permanent exhibits and layout of the place of the press Blizz.

First public presentation in September 2008, installed in February 2010.

                                                                                                                               Exhibitions and interventions :

Conferences:

Light and space, Angers, June 2009, UNIFA command.

Design, set design, light: Philippe Daney, Fine Arts, Dijon, March 2009.

Memory in urban space: Chausson plants. Michel Verjux, Gennevilliers, May 2008.

Light in the city, Lyon, December 2008.

Brittany codes as part of Habitat Creation Britain, 2008, Rennes.

Crafts, Art and Design, with Gerard Laizé at VIA, Paris. May 2007.

Lights and shadows, living "Spirit House", Rennes 2007.

The light and shadow, command CSTB in the lounge ELEC (Paris).

 

Exhibitions :

Art Paris, Grand Palais, in May 2009.

The Passionata collection in Ricciotti Artmanda Suzette, in January 2009.

Slick, Paris, October 2008.

Museum of Contemporary Art of Granville, retrospective exhibition and research, and Verjux Daney, from October 11 to December 31, 2008.

Expo Verjux Michel and Philippe Daney to GranvilleGallery, October 2008.

Expo "design time" on GranvilleGallery, November 2008.

June 2008, the company workshop with Des Prairies, and the School of Architecture of Rennes: response to light Champs Libres, as part of the night fell.

 

Latest issue :

A monographic book, published in collaboration with Jean Pierre Bruaire, retracing the route of Philippe Daney, released in November 2008.

 

Made In Daney,

design, architecture, scenography, light

Archibooks Editions.

 

Philippe Daney was appointed to the rank of Chevalier of Arts and Letters by Christine Albanel in July 2008.